Chants de la messe du samedi 3 juillet et lectures des 3 et 4 juillet

14e dimanche du temps ordinaire, année A

Chants de la messe du samedi 3 juillet 2021

Entrée (68 1/2)

Dieu nous invite à l’aventure, Il nous propose ses chemins.

Son doigt écrit la vie future dans le travail que font nos mains.

Laissons là nos doutes, partons sur la route.

Dieu vient nous saisir : c’est Lui notre avenir.

A l’heure où notre Dieu s’avance, ne manquons pas son rendez-vous.
Il vient donner la délivrance à ceux qui l’attendront debout.

Il faut Le rejoindre, qu’avons-nous à craindre ?

Dieu vient nous saisir : c’est Lui notre avenir.

Kyrie Eleison, Christe Eleison (31)

Gloria (32)

Gloire à Dieu, Seigneur des univers, gloire, honneur, louange !

Vie aux hommes, habitants du monde, Vie, bonheur, tendresse !

Nous te louons, ô Père! Tu sèmes la vie avec amour. Et voici l’homme, l’homme vivant, reflet de ton visage.

Alléluia (Taizé 8 refrain)

Prière universelle : (83 A)

Entends, Seigneur, notre prière, nos cris d’espoir de chaque jour.

Eclaire-nous, Dieu de Lumière, Seigneur de vie, Parole d’amour.

Offertoire : (120 1/2)

Ecoute la voix du Seigneur, prête l’oreille de ton cœur. Qui que tu sois, ton Dieu t’appelle, qui que tu sois, Il est ton Père.

Toi qui aimes la vie, ô toi qui veux le bonheur, réponds en fidèle ouvrier de sa très douce volonté, réponds en fidèle ouvrier de l’évangile et de sa Paix.

Ecoute la voix du Seigneur, prête l’oreille de ton cœur.

Tu entendras que Dieu fait grâce, tu entendras l’esprit d’audace.

Sanctus : (114)

Saint, saint, saint, le Seigneur, le Seigneur Dieu de l’univers.

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire, Hosanna, au plus haut des cieux.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna, au plus haut des cieux.

Anamnèse : (89)

Aujourd’hui nous célébrons Jésus-Christ, venu en notre chair. Amen

Mort sur le bois de la Croix. Amen

Ressuscité d’entre les morts. Amen

Et nous l’annonçons, nous l’annonçons jusqu’à ce qu’il revienne. Amen

Agneau de Dieu : (31)

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous, prends pitié de nous (bis).

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, donne-nous la paix, donne-nous la paix  .

Communion : (74 1/2)

Corps livré, sang versé, Jésus-Christ pour nous se donne,

Corps livré, sang versé, Vie donnée pour tous les hommes.

Le Pain que nous mangeons est communion au Corps du Christ !

Le Vin que nous buvons est communion au Sang du Christ !

Envoi : (1 1/3)

Au grand large tu m’entraînes, ta présence a dissipé ma nuit. Je te loue mon roc et ma force, ô mon Dieu, le rempart de ma vie !

Au grand large tu m’entraînes, devant toi la ténèbre n’est plus ! Je te loue mon roc et ma force, ô mon Dieu, mon chemin, mon Salut !

Toi mon rocher, ma forteresse, tu es celui en qui je m’appuie. Tu m’as sauvé des filets des ténèbres, et de la mort, tu m’as délivré !

Tu me revêts de ta lumière, par ton amour tu me fortifies. Seigneur je chante et  je te loue sans cesse, et qu’en tout lieu, je publie ton nom !

Lectures de la messe

dimanche  4 juillet 2021 dimanche, 14ème Semaine du Temps Ordinaire

Première lecture (Ez 2, 2-5)

En ces jours-là, l’esprit vint en moi et me fit tenir debout. J’écoutai celui qui me parlait. Il me dit : « Fils d’homme, je t’envoie vers les fils d’Israël, vers une nation rebelle qui s’est révoltée contre moi. Jusqu’à ce jour, eux et leurs pères se sont soulevés contre moi. Les fils ont le visage dur, et le cœur obstiné ; c’est à eux que je t’envoie. Tu leur diras : ‘Ainsi parle le Seigneur Dieu…’ Alors, qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas – c’est une engeance de rebelles ! – ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. » – Parole du Seigneur. 

Psaume (Ps 122 (123), 1-2ab, 2cdef, 3-4)

Vers toi j’ai les yeux levés, vers toi qui es au ciel, comme les yeux de l’esclave vers la main de son maître. Comme les yeux de la servante vers la main de sa maîtresse, nos yeux, levés vers le Seigneur notre Dieu, attendent sa pitié. Pitié pour nous, Seigneur, pitié pour nous : notre âme est rassasiée de mépris. C’en est trop, nous sommes rassasiés du rire des satisfaits, du mépris des orgueilleux ! 

Deuxième lecture (2 Co 12,7-10)

Frères, les révélations que j’ai reçues sont tellement extraordinaires que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai reçu dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour empêcher que je me surestime. Par trois fois, j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi. Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Mc 6, 1-6)

En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors, Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant. – Acclamons la Parole de Dieu.