Messe du 13 juin 2021, 11ème dimanche

Le semeur - Les vieilles lettres

Chants

Entrée(1 1/3)

Au grand large tu m’entraînes, ta présence a dissipé ma nuit. Je te loue mon roc et ma force, ô mon Dieu, le rempart de ma vie !

Au grand large tu m’entraînes, devant toi la ténèbre n’est plus ! Je te loue mon roc et ma force, ô mon Dieu, mon chemin, mon Salut !

Toi mon rocher, ma forteresse, tu es celui en qui je m’appuie. Tu m’as sauvé des filets des ténèbres, et de la mort, tu m’as délivré !

Tu me revêts de ta lumière, par ton amour tu me fortifies. Seigneur je chante et  je te loue sans cesse, et qu’en tout lieu, je publie ton nom !

Kyrie (114)

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

O Christ, prends pitié, prends pitié de nous.

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

Gloria (32)

Gloire à Dieu, Seigneur des univers, gloire, honneur, louange !

Vie aux hommes, habitants du monde, Vie, bonheur, tendresse !

Nous te louons, ô Père! Tu sèmes la vie avec amour. Et voici l’homme, l’homme vivant, reflet de ton visage.

Alléluia (90)

Alléluia. Alléluia ! Alléluia. Alléluia ! (bis)

Seigneur, ta Parole met en route,

Alléluia ! Alléluia !

Prière universelle : (53)

Ecoute, O Seigneur, écoute ma prière, je t’appelle, réponds-moi.

Ecoute, O Seigneur, écoute ma prière, prête oreille à ma voix !

Offertoire : (48)

Apprends-nous Seigneur à te choisir tous les jours, à redire ton oui dans tous nos gestes d’amour. Donne-nous Seigneur de te suivre sans peur. De n’aimer que Toi, le seul Dieu, le seul Seigneur.

Afin que tout homme, avec chacun d’entre nous, reconnaisse en Toi le seul Dieu, le seul Seigneur. (bis)

Fais de nous des frères, Tu nous rassembles en Tes mains. Fais de moi Seigneur le témoin devant chacun, de ce que j’ai vu, de ce que j’ai entendu, de ce que je crois, de tout ce que j’ai vécu.

Sanctus : (114)

Saint, saint, saint, le Seigneur, le Seigneur Dieu de l’univers.

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire, Hosanna, au plus haut des cieux.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna, au plus haut des cieux.

Anamnèse : (5)

Christ est  venu, Christ est né,

Christ a souffert, Christ est mort,

Christ est ressuscité, Christ est vivant,

Christ reviendra, Christ est là,

Christ reviendra, Christ est là.

Agneau de Dieu : (100)

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous Seigneur, prends pitié de nous Seigneur. (bis)

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, donne-nous la paix.

Communion : (126 1/2)

Voici le Corps et le Sang du Seigneur, la coupe du Salut et le pain de la Vie. Dieu immortel se donne en nourriture pour que nous ayons la Vie éternelle.

Au moment de passer vers le Père, le Seigneur prit du pain et du vin, pour que soit accompli le mystère qui apaise à jamais notre faim.

Dieu se livre lui-même en partage, par amour pour son peuple affamé. Il nous comble de son héritage afin que nous soyons rassasiés.

Envoi : (23 1/2)

Christ aujourd’hui nous appelle, Christ aujourd’hui nous envoie !

Vive le Seigneur qui nous aime, Dieu nous donne sa joie, Dieu nous donne sa joie !

Ses chemins vous conduisent vers la vie. Partez loin, l’aventure est infini ! Vous serez ses témoins, vous qu’il nomme ses amis !

Ses chemins sont amour et vérité. Le bon grain, Dieu lui-même l’a semé.

Vous serez ses témoins, la Parole va germer.

Lectures de la messe

Première lecture (Ez 17, 22-24)

Ainsi parle le Seigneur Dieu : « À la cime du grand cèdre, je prendrai une tige ; au sommet de sa ramure, j’en cueillerai une toute jeune, et je la planterai moi-même sur une montagne très élevée. Sur la haute montagne d’Israël je la planterai. Elle portera des rameaux, et produira du fruit, elle deviendra un cèdre magnifique. En dessous d’elle habiteront tous les passereaux et toutes sortes d’oiseaux, à l’ombre de ses branches ils habiteront. Alors tous les arbres des champs sauront que Je suis le Seigneur : je renverse l’arbre élevé et relève l’arbre renversé, je fais sécher l’arbre vert et reverdir l’arbre sec. Je suis le Seigneur, j’ai parlé, et je le ferai. » – Parole du Seigneur. 

Psaume (91 (92), 2-3, 13-14, 15-16)

Qu’il est bon de rendre grâce au Seigneur, de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut, d’annoncer dès le matin ton amour, ta fidélité, au long des nuits. Le juste grandira comme un palmier, il poussera comme un cèdre du Liban ; planté dans les parvis du Seigneur, il grandira dans la maison de notre Dieu. Vieillissant, il fructifie encore, il garde sa sève et sa verdeur pour annoncer : « Le Seigneur est droit ! Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! » 

Deuxième lecture (2 Co  5, 6-10)

Frères, nous gardons toujours confiance, tout en sachant que nous demeurons loin du Seigneur, tant que nous demeurons dans ce corps ; en effet, nous cheminons dans la foi, non dans la claire vision. Oui, nous avons confiance, et nous voudrions plutôt quitter la demeure de ce corps pour demeurer près du Seigneur. Mais de toute manière, que nous demeurions dans ce corps ou en dehors, notre ambition, c’est de plaire au Seigneur. Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Mc 4, 26-34)

En ce temps-là, parlant à la foule, Jésus disait : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. » Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier. – Acclamons la Parole de Dieu. 

Modalités pratiques de participation aux messes

Confinement : des centaines de catholiques manifestent à Toulouse pour le  retour de la messe - ladepeche.fr

Chères paroissiennes, chers paroissiens,

A partir du 9 juin 2021, notre église pourra accueillir 100 personnes, les enfants jusqu’à 12 ans accomplis non comptés.

Il ne sera donc plus nécessaire de s’inscrire !

Tout redevient-il donc comme avant ?

Pas encore : toutes les modalités de précaution restent d’application :

  • Port du masque pendant toute la célébration
  • Désinfection des mains à l’entrée
  • Distance d’1m50 entre les personnes
  • Sens de circulation
  • Place désignée dans l’église
  • Dispersion à la sortie

Mais pourquoi une place désignée dans l’église ?

Nous remplissons les rangées l’une après l’autre pour deux raisons :

  • pour éviter que des personnes ne passent l’une devant l’autre à moins d’1m50,
  • et aussi pour faciliter le travail de désinfection des chaises après la messe : en effet, 20 personnes isolées participant à la messe vont occuper 20 emplacements de chaises, soit 5 rangées (les chaises sont placées par 2 ou 3). L’équipe d’accueil devra donc désinfecter environ 40 chaises après la messe.

Si ces mêmes personnes se répartissent sur 10 rangées parce qu’elles ont leur place préférée, il faudra désinfecter 80 chaises, voire plus : nous ne notons pas les places précises occupées, mais bien les rangées…

En acceptant ce mode de placement, vous coopérez avec les bénévoles qui restent après la messe en leur allégeant le travail de désinfection…

Concrètement

La désinfection des mains en maintenant la distanciation sociale demande un peu de temps.

Présentez-vous donc au moins 10 minutes avant le début de la célébration, si vous ne voulez pas manquer le début…

Pouvez-vous aider ?

Oui !!! Vous savez qu’une équipe d’accueil est nécessaire à chaque messe pour assurer à chacun un environnement présentant un maximum de sécurité. Et comme nous avons trois messes, il nous faudra plus de personnes remplissant ce rôle.

Concrètement, trois personnes sont nécessaires :

  • Un « portier » qui accueillera les participants aux célébrations et qui veillera au port du masque ;
  • Une personne qui veillera à la désinfection des mains et distribuera les feuillets de lecture. Ensuite elle guidera les participants pour la communion et la sortie de l’église ;
  • Une personne qui guidera les participants vers leur place, assurera les lectures et rappellera les consignes de circulation pour la communion et la sortie de l’église.

En outre, après la messe, l’équipe désinfectera les chaises qui ont été occupées.

Au plus nous aurons de volontaires au mieux une rotation pourra être assurée entre tous ceux qui désirent participer. En outre, la période de vacances approche et il faudra maintenir un accueil de qualité tout au long de l’été…

Donc, si vous êtes prêts à aider, indiquez le moi (bernard.damiens@skynet.be) avec la messe pour laquelle vous êtes disponible ou, si vous voulez le faire de façon récurrente, indiquez-le de vive voix à Dominique de Tollenaere pour la messe de samedi à 18h ou à Liliane Parys pour la messe de dimanche à 8h.

Nous continuons à retransmettre la messe du dimanche à 10h30 sur Facebook

Le lien reste le même :

https://www.facebook.com/ParoisseSaintGeorges1390

Voilà, tout cela est encore un peu contraignant, mais avec la coopération bienveillante de chacune et chacun, la communauté pourra se retrouver pour célébrer…

A bientôt,

Bernard, pour  l’équipe d’accueil en période de Covid

Dimanche 6 juin 2021, Le Saint Sacrement

LE TEMPS D'ADORATION DU SAINT SACREMENT

Les chants de la Messe du 6 juin 2021      

Entrée(1 1/3)

Au grand large tu m’entraînes, ta présence a dissipé ma nuit. Je te loue mon roc et ma force, ô mon Dieu, le rempart de ma vie !

Au grand large tu m’entraînes, devant toi la ténèbre n’est plus ! Je te loue mon roc et ma force, ô mon Dieu, mon chemin, mon Salut !

Toi mon rocher, ma forteresse, tu es celui en qui je m’appuie. Tu m’as sauvé des filets des ténèbres, et de la mort, tu m’as délivré !

Tu me revêts de ta lumière, par ton amour tu me fortifies. Seigneur je chante et  je te loue sans cesse, et qu’en tout lieu, je publie ton nom !

Kyrie (114)

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

O Christ, prends pitié, prends pitié de nous.

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

Gloria (32)

Gloire à Dieu, Seigneur des univers, gloire, honneur, louange !

Vie aux hommes, habitants du monde, Vie, bonheur, tendresse !

Nous te louons, ô Père! Tu sèmes la vie avec amour. Et voici l’homme, l’homme vivant, reflet de ton visage.

Alléluia (90)

Alléluia. Alléluia ! Alléluia. Alléluia ! (bis)

Seigneur, ta Parole met en route,

Alléluia ! Alléluia !

Prière universelle : (53)

Ecoute, O Seigneur, écoute ma prière, je t’appelle, réponds-moi.

Ecoute, O Seigneur, écoute ma prière, prête oreille à ma voix !

Offertoire : (48)

Apprends-nous Seigneur à te choisir tous les jours, à redire ton oui dans tous nos gestes d’amour. Donne-nous Seigneur de te suivre sans peur. De n’aimer que Toi, le seul Dieu, le seul Seigneur.

Afin que tout homme, avec chacun d’entre nous, reconnaisse en Toi le seul Dieu, le seul Seigneur. (bis)

Fais de nous des frères, Tu nous rassembles en Tes mains. Fais de moi Seigneur le témoin devant chacun, de ce que j’ai vu, de ce que j’ai entendu, de ce que je crois, de tout ce que j’ai vécu.

Sanctus : (114)

Saint, saint, saint, le Seigneur, le Seigneur Dieu de l’univers.

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire, Hosanna, au plus haut des cieux.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna, au plus haut des cieux.

Anamnèse : (5)

Christ est  venu, Christ est né,

Christ a souffert, Christ est mort,

Christ est ressuscité, Christ est vivant,

Christ reviendra, Christ est là,

Christ reviendra, Christ est là.

Agneau de Dieu : (100)

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous Seigneur, prends pitié de nous Seigneur. (bis)

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, donne-nous la paix.

Communion : (126 1/2)

Voici le Corps et le Sang du Seigneur, la coupe du Salut et le pain de la Vie. Dieu immortel se donne en nourriture pour que nous ayons la Vie éternelle.

Au moment de passer vers le Père, le Seigneur prit du pain et du vin, pour que soit accompli le mystère qui apaise à jamais notre faim.

Dieu se livre lui-même en partage, par amour pour son peuple affamé. Il nous comble de son héritage afin que nous soyons rassasiés.

Envoi : (23 1/2)

Christ aujourd’hui nous appelle, Christ aujourd’hui nous envoie !

Vive le Seigneur qui nous aime, Dieu nous donne sa joie, Dieu nous donne sa joie !

Ses chemins vous conduisent vers la vie. Partez loin, l’aventure est infini ! Vous serez ses témoins, vous qu’il nomme ses amis !

Ses chemins sont amour et vérité. Le bon grain, Dieu lui-même l’a semé.

Vous serez ses témoins, la Parole va germer.

x

Lectures de la messe

Première lecture (Ex 24, 3-8)

En ces jours-là, Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles du Seigneur et toutes ses ordonnances. Tout le peuple répondit d’une seule voix : « Toutes ces paroles que le Seigneur a dites, nous les mettrons en pratique. » Moïse écrivit toutes les paroles du Seigneur. Il se leva de bon matin et il bâtit un autel au pied de la montagne, et il dressa douze pierres pour les douze tribus d’Israël. Puis il chargea quelques jeunes garçons parmi les fils d’Israël d’offrir des holocaustes, et d’immoler au Seigneur des taureaux en sacrifice de paix. Moïse prit la moitié du sang et le mit dans des coupes ; puis il aspergea l’autel avec le reste du sang. Il prit le livre de l’Alliance et en fit la lecture au peuple. Celui-ci répondit : « Tout ce que le Seigneur a dit, nous le mettrons en pratique, nous y obéirons. » Moïse prit le sang, en aspergea le peuple, et dit : « Voici le sang de l’Alliance que, sur la base de toutes ces paroles, le Seigneur a conclue avec vous. » – Parole du Seigneur. 

Psaume (115 (116b), 12-13, 15-16ac, 17-18)

Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ? J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur. Il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens ! Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur, moi, dont tu brisas les chaînes ? Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur. Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple. 

Deuxième lecture (He 9, 11-15)

Frères, le Christ est venu, grand prêtre des biens à venir. Par la tente plus grande et plus parfaite, celle qui n’est pas œuvre de mains humaines et n’appartient pas à cette création, il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant, non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux, mais son propre sang. De cette manière, il a obtenu une libération définitive. S’il est vrai qu’une simple aspersion avec le sang de boucs et de taureaux, et de la cendre de génisse, sanctifie ceux qui sont souillés, leur rendant la pureté de la chair, le sang du Christ fait bien davantage, car le Christ, poussé par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu comme une victime sans défaut ; son sang purifiera donc notre conscience des actes qui mènent à la mort, pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant. Voilà pourquoi il est le médiateur d’une alliance nouvelle, d’un testament nouveau : puisque sa mort a permis le rachat des transgressions commises sous le premier Testament, ceux qui sont appelés peuvent recevoir l’héritage éternel jadis promis. – Parole du Seigneur. 

Séquence ()

Sion, célèbre ton Sauveur, chante ton chef et ton pasteur par des hymnes et des chants. Tant que tu peux, tu dois oser, car il dépasse tes louanges, tu ne peux trop le louer. Le Pain vivant, le Pain de vie, il est aujourd’hui proposé comme objet de tes louanges. Au repas sacré de la Cène, il est bien vrai qu’il fut donné au groupe des douze frères. Louons-le à voix pleine et forte, que soit joyeuse et rayonnante l’allégresse de nos cœurs ! C’est en effet la journée solennelle où nous fêtons de ce banquet divin la première institution. À ce banquet du nouveau Roi, la Pâque de la Loi nouvelle met fin à la Pâque ancienne. L’ordre ancien le cède au nouveau, la réalité chasse l’ombre, et la lumière, la nuit. Ce que fit le Christ à la Cène, il ordonna qu’en sa mémoire nous le fassions après lui. Instruits par son précepte saint, nous consacrons le pain, le vin, en victime de salut. C’est un dogme pour les chrétiens que le pain se change en son corps, que le vin devient son sang. Ce qu’on ne peut comprendre et voir, notre foi ose l’affirmer, hors des lois de la nature. L’une et l’autre de ces espèces, qui ne sont que de purs signes, voilent un réel divin. Sa chair nourrit, son sang abreuve, mais le Christ tout entier demeure sous chacune des espèces. On le reçoit sans le briser, le rompre ni le diviser ; il est reçu tout entier. Qu’un seul ou mille communient, il se donne à l’un comme aux autres, il nourrit sans disparaître. Bons et mauvais le consomment, mais pour un sort bien différent, pour la vie ou pour la mort. Mort des pécheurs, vie pour les justes ; vois : ils prennent pareillement ; quel résultat différent ! Si l’on divise les espèces, n’hésite pas, mais souviens-toi qu’il est présent dans un fragment aussi bien que dans le tout. Le signe seul est partagé, le Christ n’est en rien divisé, ni sa taille ni son état n’ont en rien diminué. * Le voici, le pain des anges, il est le pain de l’homme en route, le vrai pain des enfants de Dieu, qu’on ne peut jeter aux chiens. D’avance il fut annoncé par Isaac en sacrifice, par l’agneau pascal immolé, par la manne de nos pères. Ô bon Pasteur, notre vrai pain, ô Jésus, aie pitié de nous, nourris-nous et protège-nous, fais-nous voir les biens éternels dans la terre des vivants. Toi qui sais tout et qui peux tout, toi qui sur terre nous nourris, conduis-nous au banquet du ciel et donne-nous ton héritage, en compagnie de tes saints. Amen. 

Évangile (Mc 14, 12-16.22-26)

Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour que tu manges la Pâque ? » Il envoie deux de ses disciples en leur disant : « Allez à la ville ; un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre. Suivez-le, et là où il entrera, dites au propriétaire : “Le Maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?” Il vous indiquera, à l’étage, une grande pièce aménagée et prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. » Les disciples partirent, allèrent à la ville ; ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit, et ils préparèrent la Pâque. Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. » Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude. Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. » Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers. – Acclamons la Parole de Dieu. 

Messe du dimanche 30 mai 2021 – La Sainte Trinité

Méditation de la solennité de la Sainte Trinité : « Au Nom du Père, et du  Fils et du Saint-Esprit » - Vatican News

Chants

Entrée (30)

Souffle le vent, celui que rien n’arrête , qui nous pousse en avant. Souffle le vent.

(bis)

Le vent viendra souffler, le monde va changer, écoute le vent, écoute le vent.

Le vent viendra souffler, la mer est traversée, écoute le vent, écoute le vent.

Kyrie Eleison (114)

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

O Christ, prends pitié, prends pitié de nous.

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

Gloria (79)

Que nos cœurs soient en fête pour Dieu ! Célébrons le Seigneur, célébrons ses amis ! (bis)

Gloria, gloria, gloria tibi Domine! (bis)

Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu, heureux le peuple qui connaît l’ovation !

Alléluia (7)

Alléluia, alléluia ! Alléluia, alléluia !

Alléluia, alléluia ! Alléluia, alléluia !

Prière Universelle (108)

Jésus, Sauveur du monde, écoute et prends pitié !

Offertoire (103)

O Père, je suis ton enfant. J’ai mille preuves que tu m’aimes. Je veux te louer par mon chant, le chant de joie de mon baptême.

Comme la plante pour grandir, a besoin d’air et de lumière, tes enfants pour s’épanouir ont ta parole qui éclaire. Ceux qui ont soif de liberté, en ton esprit se voient comblés.

Beaucoup de grains font un épi, beaucoup d’épis font une fête, une moisson qui rassasie, la faim des hommes sur la terre. Unis comme les grains de blé, nous formons la communauté.

O Père, voici tes enfants formant une seule famille, un même esprit les animant, la même foi, la même vie.

Sanctus (114)

Saint, Saint, Saint, le Seigneur, Dieu de l’univers !

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire, Hosanna, au plus haut des cieux.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Hosanna, au plus haut des cieux. (bis)

Anamnèse (114)

Tu étais mort, tu es vivant, ô ressuscité !

Nous attendons ta venue dans la gloire, viens Seigneur Jésus !

Agneau de Dieu (114)

Agneau de Dieu, Pain partagé qui enlèves le péché du monde.

Prends pitié de nous, prends pitié de nous.

Agneau de Dieu, corps du Seigneur qui enlèves le péché du monde.

Prends pitié de nous, prends pitié de nous.

Agneau de Dieu, Agneau vainqueur qui enlèves le péché du monde.

Donne-nous la paix, donne-nous la paix.

Communion : (126)

Voici le Corps et le Sang du Seigneur, la coupe du Salut et le pain de la Vie. Dieu immortel se donne en nourriture pour que nous ayons la Vie éternelle.

Au moment de passer vers le Père, le Seigneur prit du pain et du vin, pour que soit accompli le mystère qui apaise à jamais notre faim.

Dieu se livre lui-même en partage, par amour pour son peuple affamé. Il nous comble de son héritage afin que nous soyons rassasiés.

Je vous salue Marie comblée de grâce, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus votre enfant est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen, amen, alléluia. (51)

Envoi (48)

Apprends nous Seigneur à te choisir tous les jours, à redire ton oui dans tous nos gestes d’amour. Donne nous Seigneur de te suivre sans peur. De n’aimer que Toi, le seul Dieu, le seul Seigneur.

Afin que tout homme, avec chacun d’entre nous, reconnaisse en Toi le seul Dieu, le seul Seigneur. (bis)

Fais de nous des frères, Tu nous rassembles en Tes mains. Fais de moi Seigneur le témoin devant chacun, de ce que j’ai vu, de ce que j’ai entendu, de ce que je crois, de tout ce que j’ai vécu.

Lectures de la messe

Première lecture (Dt 4, 32-34.39-40)

Moïse disait au peuple : « Interroge donc les temps anciens qui t’ont précédé, depuis le jour où Dieu créa l’homme sur la terre : d’un bout du monde à l’autre, est-il arrivé quelque chose d’aussi grand, a-t-on jamais connu rien de pareil ? Est-il un peuple qui ait entendu comme toi la voix de Dieu parlant du milieu du feu, et qui soit resté en vie ? Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation, de venir la prendre au milieu d’une autre, à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats, à main forte et à bras étendu, et par des exploits terrifiants – comme tu as vu le Seigneur ton Dieu le faire pour toi en Égypte ? Sache donc aujourd’hui, et médite cela en ton cœur : c’est le Seigneur qui est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ; il n’y en a pas d’autre. Tu garderas les décrets et les commandements du Seigneur que je te donne aujourd’hui, afin d’avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu, tous les jours. » – Parole du Seigneur. 

Psaume (32 (33), 4-5, 6.9, 18-19, 20.22)

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; il est fidèle en tout ce qu’il fait. Il aime le bon droit et la justice ; la terre est remplie de son amour. Le Seigneur a fait les cieux par sa parole, l’univers, par le souffle de sa bouche. Il parla, et ce qu’il dit exista ; il commanda, et ce qu’il dit survint. Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour, pour les délivrer de la mort, les garder en vie aux jours de famine. Nous attendons notre vie du Seigneur : il est pour nous un appui, un bouclier. Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme notre espoir est en toi ! 

Deuxième lecture (Rm 8, 14-17)

Frères, tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Mt  28, 16-20)

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Messe du septième dimanche de Pâques 16 mai 2021

Célébrer le 7e dimanche de Pâques à la maison, le 24 mai 2020

Les chants

Entrée (10)

Souffle imprévisible, Esprit de Dieu, vent qui fait revivre, Esprit de Dieu, souffle de tempête, Esprit de Dieu, ouvre nos fenêtres, Esprit de Dieu !

Esprit de vérité, brise du Seigneur, Esprit de liberté, passe dans nos cœurs ! Esprit de vérité, brise du Seigneur, Esprit de vérité, brise du Seigneur, Esprit de liberté, passe dans nos cœurs !

Flamme sur le monde, Esprit de Dieu, feu qui chasse l’ombre, Esprit de Dieu, flamme de lumière, Esprit de Dieu, viens dans nos ténèbres, Esprit de Dieu !

Kyrie Eleison (114)

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

O Christ, prends pitié, prends pitié de nous.

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

Gloria (114)

Gloire à Dieu, Seigneur des univers, Gloire, honneur, louange !

Vie aux hommes, habitants du monde, Vie, bonheur, tendresse !

Nous te louons, ô Père ! Tu sèmes la vie avec amour.

Et voici l’homme, l’homme vivant, reflet de ton visage.

Alléluia (90)

Alléluia, alléluia ! Alléluia, alléluia !

Alléluia, alléluia ! Alléluia, alléluia !

Seigneur, ta parole met en route, Alléluia ! Alléluia !

Prière Universelle (27)

Oh ! Seigneur écoute nous, entends nos prières.

Oh ! Seigneur écoute nous, prends pitié de nous.

Offertoire (110)

Reste avec nous Ressuscité, notre cœur est brûlant de ta Parole.

Rassasie-nous de ta Présence, de ton Corps glorieux.

Car tu es l’Agneau immolé qui enlève le péché du monde, en mourant tu as détruit la mort, en ressuscitant nous as rendu la vie !

Sur la croix tu livras ton corps, notre défenseur auprès du Père.

Mis à mort tu es toujours vivant.

Nous chantons ta gloire ô Christ ressuscité !

Sanctus (114)

Saint, Saint, Saint, le Seigneur, Dieu de l’univers !

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire, Hosanna, au plus haut des cieux.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Hosanna, au plus haut des cieux. (bis)

Anamnèse

Souviens-toi de Jésus-Christ, ressuscité d’entre les morts. Il est notre salut, notre

gloire éternelle !

Agneau de Dieu (2)

La Paix soit avec nous, la Paix de Jésus-Christ.

La Paix soit entre nous, la Paix de son esprit.

Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous, prends pitié de nous.

Agneau de Dieu, qui connais le poids de notre monde, prends pitié de nous, prends pitié de nous.

Agneau de Dieu, qui apporte enfin l’espoir au monde, donne-nous la paix, donne-nous la paix.

Communion : (92 1/5)

Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur, la table vous est servie, recevez le pain de Vie.

Le Seigneur est tendresse et pardon, que vos cœurs et vos chants le célèbrent !

Bénissez le Seigneur en tous temps, sa louange sans cesse à vos lèvres.

Il vous donne la fleur du froment, il vous offre le pain de lumière.

Recevez le Seigneur en tout temps, et la paix gagnera les frontières.

Je vous salue Marie comblée de grâce, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus votre enfant est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen, amen, alléluia. (51)

Envoi (65)

Criez de joie, Christ est ressuscité ! Il est vivant comme il l’avait promis.

Alléluia Christ est ressuscité, Il nous ouvre la vie !

Vous les anges, louez-le, exultez depuis les cieux !

Tous les vivants louez Dieu ! Christ ressuscité !

Accueillez en votre cœur, Jésus-Christ l’Agneau Vainqueur, il est le chemin, la Vie, Christ ressuscité !

Lectures de la messe

Première lecture (Ac 1, 15-17.20a.20c-26)

En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères qui étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes, et il déclara : « Frères, il fallait que l’Écriture s’accomplisse. En effet, par la bouche de David, l’Esprit Saint avait d’avance parlé de Judas, qui en est venu à servir de guide aux gens qui ont arrêté Jésus : ce Judas était l’un de nous et avait reçu sa part de notre ministère. Il est écrit au livre des Psaumes : Qu’un autre prenne sa charge. Or, il y a des hommes qui nous ont accompagnés durant tout le temps où le Seigneur Jésus a vécu parmi nous, depuis le commencement, lors du baptême donné par Jean, jusqu’au jour où il fut enlevé d’auprès de nous. Il faut donc que l’un d’entre eux devienne, avec nous, témoin de sa résurrection. » On en présenta deux : Joseph appelé Barsabbas, puis surnommé Justus, et Matthias. Ensuite, on fit cette prière : « Toi, Seigneur, qui connais tous les cœurs, désigne lequel des deux tu as choisi pour qu’il prenne, dans le ministère apostolique, la place que Judas a désertée en allant à la place qui est désormais la sienne. » On tira au sort entre eux, et le sort tomba sur Matthias, qui fut donc associé par suffrage aux onze Apôtres. – Parole du Seigneur. 

Psaume (102 (103), 1-2, 11-12, 19-20ab)

Bénis le Seigneur, ô mon âme, bénis son nom très saint, tout mon être ! Bénis le Seigneur, ô mon âme, n’oublie aucun de ses bienfaits ! Comme le ciel domine la terre, fort est son amour pour qui le craint ; aussi loin qu’est l’orient de l’occident, il met loin de nous nos péchés. Le Seigneur a son trône dans les cieux : sa royauté s’étend sur l’univers. Messagers du Seigneur, bénissez-le, invincibles porteurs de ses ordres ! 

Deuxième lecture (1 Jn 4, 11-16)

Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et, en nous, son amour atteint la perfection. Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous : il nous a donné part à son Esprit. Quant à nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde. Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour : qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Jn 17, 11b-19)

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Horaires des messes du mois de mai 2021

Mai, le mois de Marie dans l’année liturgique

Le mois de Marie est né à Rome autour du Collège romain tenu par les jésuites, avant d’atteindre la France seulement à la veille de la Révolution. C’est au XIXe siècle qu’il s’est vigoureusement implanté avec la multiplication des missions paroissiales, les congrégations mariales dans les collèges, et le développement de la dévotion mariale.

Messe du 2 mai 2021, 5ème dimanche du temps Pascal

Chants

Entrée (132)

Que ciel et terre exultent et chantent ! Alléluia Christ est vivant ! (bis)

Pourquoi chercher parmi les morts ? Il est vainqueur, ressuscité ! Alléluia, Christ est vivant !

Voici le jour de la Résurrection ! Peuples, rayonnons de joie !

Le Christ Dieu nous conduit de la mort à la vie et nous chantons sa victoire !

Que le ciel se réjouisse, que la terre soit en fête,

que soit dans l’allégresse le monde visible et invisible car le Christ est ressuscité, lui, la joie éternelle !

Kyrie eleison (31)

Gloria (114)

Gloire à Dieu, gloire à Dieu, au plus haut des cieux !

Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime, gloria, gloire à Dieu !

Pour tes merveilles, Seigneur Dieu, Ton peuple te rend grâce !

Ami des hommes, sois béni pour ton Règne qui vient !

A toi les chants de fête, par ton Fils Bien-Aimé dans l’Esprit.

Sauveur du monde, Jésus-Christ, écoute nos prières !

Alléluia (114)

Alléluia, Alléluia  Alléluia !

  1. Ta parole Seigneur, éveille nos esprits
  2. Ta parole, Seigneur, vient changer nos cœurs

Prière universelle : (108)

Seigneur, Dieu de tendresse, nous te prions.

Offertoire : (52)

Dieu de miséricorde, tu nous aimes pour la vie. Dieu de miséricorde,

par Jésus tu nous guéris. Avec lui, nous rendons grâce, allélu, alléluia ! Gloire à toi, le Dieu de Pâques, allélu, alléluia !

Par ton Fils ressuscité, tu réveilles notre foi. Le Sauveur aux mains percées nous libère par sa croix. Il se montre à ses amis, et la peur s’évanouit.

Dans l’Eglise rassemblée, Christ annonce un mot de paix. Son pardon, nous est donné, bienheureux qui le connaît ! Il ira porter la joie sur la terre où tu l’envoies.

Sanctus : (114)

Saint, Saint, Saint le Seigneur, Dieu de l’univers !

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire. Hosanna, au plus haut des cieux. Hosanna.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna, au plus haut des cieux. Hosanna, au plus haut des cieux.

Anamnèse : (5)

Christ est venu, Christ est né. Christ a souffert, Christ est mort.

Christ est ressuscité, Christ est vivant.

Christ reviendra, Christ est là, Christ reviendra, Christ est là.

Agneau de Dieu : (114)

Agneau de Dieu, Pain partagé qui enlèves le péché du monde.

Prends pitié de nous, prends pitié de nous.

Agneau de Dieu, corps du Seigneur qui enlèves le péché du monde.

Prends pitié de nous, prends pitié de nous.

Agneau de Dieu, Agneau vainqueur qui enlèves le péché du monde.

Donne-nous la paix, donne-nous la paix.

Communion : (110)

Reste avec nous, ressuscité, notre cœur est brûlant de ta Parole.

Rassasie-nous de ta Présence, de ton Corps glorieux.

Car tu es l’Agneau immolé qui enlève le péché du monde, en mourant tu as détruit la mort, en ressuscitant nous as rendu la vie !

Sur la croix tu livras ton corps, notre défenseur auprès du Père. Mis à mort tu es toujours vivant. Nous chantons ta gloire, ô Christ ressuscité !

Envoi (65)

Criez de joie, Christ est ressuscité ! Il est vivant comme il l’avait promis.

Alléluia, Christ est ressuscité ! Il nous ouvre la Vie !

Accueillez en votre cœur Jésus Christ l’Agneau Vainqueur !

Il est le chemin, la Vie, Christ ressuscité !

Lectures de la messe

Première lecture (Ac 9, 26-31)

En ces jours-là, arrivé à Jérusalem, Saul cherchait à se joindre aux disciples, mais tous avaient peur de lui, car ils ne croyaient pas que lui aussi était un disciple. Alors Barnabé le prit avec lui et le présenta aux Apôtres ; il leur raconta comment, sur le chemin, Saul avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé, et comment, à Damas, il s’était exprimé avec assurance au nom de Jésus. Dès lors, Saul allait et venait dans Jérusalem avec eux, s’exprimant avec assurance au nom du Seigneur. Il parlait aux Juifs de langue grecque, et discutait avec eux. Mais ceux-ci cherchaient à le supprimer. Mis au courant, les frères l’accompagnèrent jusqu’à Césarée et le firent partir pour Tarse. L’Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie ; elle se construisait et elle marchait dans la crainte du Seigneur ; réconfortée par l’Esprit Saint, elle se multipliait. – Parole du Seigneur. 

Psaume (21 (22), 26b-27, 28-29, 31-32)

Devant ceux qui te craignent, je tiendrai mes promesses. Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ; ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent : « À vous, toujours, la vie et la joie ! » La terre entière se souviendra et reviendra vers le Seigneur, chaque famille de nations se prosternera devant lui : « Oui, au Seigneur la royauté, le pouvoir sur les nations ! » Et moi, je vis pour lui : ma descendance le servira ; on annoncera le Seigneur aux générations à venir. On proclamera sa justice au peuple qui va naître : Voilà son œuvre ! 

Deuxième lecture (1 Jn 3, 18-24)

Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. Voilà comment nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous apaiserons notre cœur ; car si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l’assurance devant Dieu. Quoi que nous demandions à Dieu, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux. Or, voici son commandement : mettre notre foi dans le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé. Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et voilà comment nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné part à son Esprit. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Jn 15, 1-8)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. » – Acclamons la Parole de Dieu.